Un site utilisant unblog.fr

Une phrase pour changer votre vie : Jon Kabat-Zinn
25 avril, 2013, 16:02
Classé dans : Non classé

Une phrase pour changer votre vie : Jon Kabat-Zinn ciel-et-mer-300x201

 

 

Un jour, au cours d’une conférence où je devais présenter Jon Kabat-Zinn, j’ai consacré le début de mon intervention à décrire mon expérience au moment où j’ai lu la page 31 de son livre, Où tu vas, tu es (Paris, J’ai Lu, 1996).

 

C’était une période particulièrement difficile de ma vie et je me sentais mal à l’aise, confus et insatisfait. Si vous avez lu ce livre, vous savez que Jon Kabat-Zinn y propose toutes sortes d’idées merveilleuses pour tisser la philosophie et la pratique de la pleine conscience à la vie quotidienne. Mais, quand je suis tombé sur ce passage particulier, qui invitait à se rappeler de temps en temps que « Tout est là », je me suis dit : « Vraiment, tout est là ? ». C’est tout ce qu’il y a ? Eh bien, apparemment oui…

Un peu plus tard, alors que je me tenais devant le Golden Gate Bridge, fasciné par la beauté de San Francisco, la phrase de Jon Kabat-Zinn m’est revenue spontanément à l’esprit : « Tout est là ». Quel merveilleux moment !

Depuis, cette phrase m’accompagne comme une amie qui m’incite à accepter la réalité de chaque moment telle qu’elle est.Quand je suis triste, tout est là ! Quand je suis joyeux, tout est là ! Quand je suis anxieux, frustré ou blasé, tout est là !Apprendre à accepter le moment tel qu’il est m’a complètement ouvert les yeux.

Ajahn Chah, le professeur de Jack Kornfield, dit une chose à peu près similaire : « C’est comme ça ».Il y a très longtemps, un autre sage a dit : « C’est ce que c’est ».

Il y a tant de manières de s’ancrer dans l’instant présent, dans un état d’acceptation de ce qui est ici, et de nous éloigner de l’état d’évitement.

Essayez d’appliquer cette phrase toute simple dans votre vie et voyez ce qui se passe. Une fois de temps en temps, dites-vous : « Tout est là ! »

En vérité, ce n’est jamais plus, ni moins, que ça.

Comprendre où nous sommes à tout moment est la base de l’acceptation de soi.

Comme toujours, merci de partager vos pensées, vos anecdotes et vos questions ci-dessous. Vos interactions créent une sagesse vivante dont nous pouvons tous profiter.

 

Essayez pour voir !



Dix manières d’apporter du sens à votre vie
12 avril, 2013, 11:29
Classé dans : Non classé

Dix manières d’apporter du sens à votre vie blognow2-300x300Ma vie peut sembler souvent trépidante. Parfois, j’ai le sentiment d’accepter bien plus de tâches que je ne pourrai jamais en accomplir. Quand je vais me coucher, mon esprit est distrait par tout ce que je dois faire, et quand je suis éveillé, je le surprends à penser encore à tout ce que je dois faire. Me doucher, faire du café, prendre le petit déjeuner, me brosser les dents, écrire, aller voir des clients, etc. Quand je ne suis pas conscient, le soir venu je peux vraiment me dire : « Je n’ai pas vu la journée passer ! ». Et je pourrais me faire la même remarque pendant encore des semaines, des mois, voire des années ! Est-ce que ça vous parle ?

 

Aussi, quand je sens cette remarque me venir à l’esprit, je fais quelques courts exercices pour m’aider à réinvestir l’instant présent et à me rappeler que je suis en vie.

 

1. Pendant cinq minutes : Quoi que vous fassiez, faites-le juste un peu plus lentement. Au travail, nous avons tous des tâches à accomplir. Une fois par jour, pendant cinq minutes, effectuez une de ces tâches un peu plus lentement. Pas au ralenti, ni en prenant des pauses, mais juste un peu plus lentement.

 

2. Prenez cinq minutes au déjeuner pour être conscient de ce que vous mangez. En fait, cet exercice peut se faire pendant un repas ou dès que vous mangez. Vous pouvez noter ce que vous voyez dans votre assiette, les odeurs, les textures et les goûts. Quand vous prenez un peu de nourriture, notez sa texture : grumeleuse, onctueuse, humide ? Notez les odeurs que vous percevez. Quand vous la prenez en bouche, notez les goûts qui s’en dégagent, le travail des dents. Puis, quand vous l’avalez, soyez attentif à son passage dans la gorge. Faites de même avec ce que vous buvez.

 

3. Prenez trois minutes pour vous asseoir et prendre conscience de votre respiration. Vous pouvez vous asseoir où vous le souhaitez, derrière votre bureau ou ailleurs, puis fermer les yeux. Pendant trois minutes, portez simplement votre attention pleine et entière sur votre respiration. Si vous notez que vous pensez à autre chose, par exemple, « Pourquoi est-ce que je fais cet exercice stupide ? », notez simplement la présence de cette pensée, puis ramenez délicatement votre attention à la respiration.

 

4. Prenez le temps de faire la vaisselle. Si vous n’avez pas l’habitude de faire la vaisselle, cet exercice vous sera très bénéfique. Vous pouvez commencer par laver une assiette et noter sa texture et la chaleur de l’eau sur vos mains. Tout en inspirant, voyez si vous percevez des odeurs. Écoutez le bruit de l’eau qui s’écoule ou tout autre son produit autour de vous. En plus de vous exercer à être dans l’instant présent, vous ravirez votre famille et vos amis !

 

5. Prenez un bain ou une douche. De préférence un bain, si vous avez une baignoire, mais même une douche fera l’affaire. Prenez le temps de sentir la chaleur de l’eau ou la sensation du corps immergé. Quelles sont les sensations de la peau ? Percevez-vous des odeurs ? Vos cheveux sont-ils mouillés ? Demeurez juste dans l’instant et soyez attentif à tous vos sens… qui respirent.

 

6. Faites l’amour un peu plus lentement pendant quelque temps. Quand vous faites l’amour, prenez le temps d’aller un peu plus lentement et percevez mentalement toutes les parties de votre corps. Quelles sont les sensations de la peau quand vous touchez votre partenaire ? Comment respirez-vous ? Transpirez-vous ? Percevez-vous une odeur dans l’air ? Prenez le temps d’être réellement là, à faire l’amour.

 

7. Sentez une fleur pour inspirer une fois de plus. J’adore cet exercice. Souvent, je passe devant une fleur et, si je pense à la sentir, j’inspire une fois de plus pour expérimenter pleinement son odeur. Vous serez surpris de constater combien cette inspiration supplémentaire change votre expérience.

 

8. Faites l’imbécile. Je suis sérieux ;). Faire l’imbécile permet à la sève créative de jaillir. Or, la sève créative est essentielle à la vie. En vous autorisant à faire l’imbécile, vous vous détendez et vous créez des situations joyeuses et riches de sens.

 

9. Écrivez une lettre à un(e) proche… pour lui dire combien vous l’apprécier. Cet exercice n’a rien d’original, mais il mérite d’être mentionné parce qu’il a beaucoup de sens. Écrivez une lettre que cette personne chérira toute sa vie.

 

10. Rappelez-vous que vous êtes un miracle. C’est peut-être le plus important. Comment chacun de nous a-t-il bien pu arriver ici ? En dépit des nanotechnologies et de la physique quantique, les scientifiques n’ont toujours pas réussi à percer le grand mystère de notre présence physique ici bas, de notre capacité à interagir, à créer des symboles et des concepts et à communiquer. C’est époustouflant. Nos moments sur Terre sont donc extrêmement précieux, et c’est un vrai privilège que d’essayer de cultiver ces moments de vie que nous considérons comme sacrés.

 

Vous avez saisi l’idée… Essayez pour voir !

 

Qu’est-ce qui apporte du sens à votre vie ?

 

Merci de partager vos pensées, vos anecdotes et vos questions ci-dessous. Vos interactions créent une sagesse vivante dont nous pouvons tous profite.



LA MÉDITATION DU SOUFFLE – EXERCICE AUDIO ( VERSION 5 MINUTES )
14 mars, 2013, 13:38
Classé dans : Non classé

« La méditation du souffle », exercice  extrait de notre livre « Apprendre à méditer ».

Bob Stahl et Elisha Goldstein



D’après de récentes études, l’exécution simultanée de plusieurs tâches en pleine conscience renforcerait la concentration et le calme
6 mars, 2013, 09:39
Classé dans : Non classé

Si vous lisez ce post, c’est que vous avez accès à des outils technologiques et qu’à un moment ou à un      autre vous allez probablement être amené à faire plusieurs tâches à la fois (téléphone, Internet, emails, messages, etc.). Selon une étude, l’usage simultané de plusieurs médias dégraderait les performances cognitives. Ce n’est pas très étonnant puisque notre capacité d’attention est limitée et qu’il est impossible de se concentrer sur un objet particulier lorsqu’elle est scindée. Pourtant, nous faisons tous plusieurs choses à la fois. En plus d’être encouragée dans le cadre professionnel, c’est une pratique naturelle pour le cerveau. Alors, si c’est inévitable, comment nous y prendre au mieux ?

Les recherches nous incitent à nous tourner vers l’entraînement à la pleine conscience.

D’après de récentes études, l’exécution simultanée de plusieurs tâches en pleine conscience renforcerait la concentration et le calme image-11 En 2012, David Levy et Jacob Wobbrock, professeurs à l’Ecole des sciences de l’information de l’Université  de            Washington, ont mené une étude sur des responsables de ressources humaines. Ils leur ont demandé de se livrer à    plusieurs activités à la fois – emails, messages instantanés, traitements de texte, etc. – et ont évalué leur stress. Trois groupes ont pris part à l’expérience : (1) les participants d’un programme de huit semaines de pleine conscience, (2) les participants d’un programme de huit semaines de relaxation et (3) un groupe témoin.

Au bout de huit semaines, les deux chercheurs ont constaté qu’en plus d’être moins stressés, les participants du programme de pleine conscience parvenaient à mieux se concentrer.

Si l’exécution simultanée de plusieurs tâches peut nuire aux performances cognitives, c’est en partie parce que le stress peut rapidement atteindre des niveaux néfastes pour les performances.

Comme je l’explique dans mon livre The Now Effect, nous éprouvons les bienfaits de la pleine conscience sous deux formes. La première, dans l’instant singulier où nous expérimentons l’espace entre le stimulus et la réponse – un espace où nous entrons en contact avec la possibilité de choisir des réponses créatives et de prendre conscience de ce qui compte. La seconde, en influant sur le pilote automatique niché dans notre cerveau, qui prend la plupart des décisions moment après moment.

Quand nous pratiquons et répétons une procédure, le pilote automatique s’enclenche. Donc, si vous vous exercez à devenir plus présent, plus focalisé, plus flexible et plus autocompatissant face aux difficultés, votre pilote automatique prendra des décisions plus habiles dans les moments de stress.

Il n’y a rien de mystique là-dedans, c’est simplement la façon dont fonctionne le cerveau.

Mais il est toujours extraordinaire de voir la science le confirmer.

Comme toujours, merci de partager vos pensées, vos anecdotes et vos questions ci-dessous. Vos interactions créent une sagesse vivante dont nous pouvons tous profiter.

Bob Stahl



Apprenez à cultiver la joie maintenant !
25 février, 2013, 11:11
Classé dans : Non classé

Les gens qui viennent me voir à mon cabinet se plaignent souvent d’avoir perdu leur « joie de vivre ». Alors, comment peut-on cultiver la joie dans sa vie ?

Par une pratique qui exige un peu d’audace et d’intention. Pourquoi de l’audace ? Parce que notre culture est tellement focalisée sur la souffrance qu’il nous semble indigne de ressentir de la joie. Quand vous ne vous sentez pas très bien, il vous arrive peut-être d’éprouver de l’aversion pour les gens qui expriment de la joie. Une petite voix s’élève alors en vous : « Si seulement il avait un peu moins le moral, je serais content(e) ». Il n’y a pas de raison d’avoir honte, ce phénomène est quasi automatique car la joie d’autrui nous rappelle celle que nous voudrions nous-mêmes éprouver.

Pour cultiver activement la joie, il est d’abord nécessaire de s’exercer à être présent. Dans un entretien, Rick Hanson, coauteur du Cerveau de Bouddha, nous a décrit des moyens d’« incliner l’esprit vers ce qui est bon ». De mon côté, j’ai conçu un programme d’études national consacré à la réduction du stress et au renforcement du bien-être par le développement de moments sacrés dans la vie quotidienne. Toutes ces pratiques reposent avant tout sur le fait d’être présent. Pourquoi ?Apprenez à cultiver la joie maintenant ! canstockphoto108551871-225x300

Viktor Frankl, psychiatre et survivant de l’Holocauste, l’explique très bien :

« Entre stimulus et réponse se trouve un espace. Dans cet espace se trouve notre pouvoir de choisir notre réponse. Dans notre réponse se trouvent notre croissance et notre liberté »

Nous devons être capables de reconnaître cet espace pour pouvoir sortir de nos cycles habituels de ruminations négatives et prendre conscience que nous avons le choix – notamment de développer des moyens de susciter la joie dans notre vie ou d’incliner notre esprit vers ce qui est bon. Il ne s’agit pas d’ignorer les difficultés auxquelles nous sommes confrontés dans la vie, mais simplement de contribuer à corriger le penchant négatif naturel de notre cerveau, qui fait office de mécanisme de survie.

Car nous ne cherchons pas seulement à survivre, mais à vivre bien. Cette pratique a été décrite par quelques auteurs dont Tara Brach et, plus récemment, par Carolyn Hobbs. Voici ce que dit Carolyn Hobbs dans le livre de James Baraz, Awakening Joy :

« Nous nous disons souvent que si la vie était un peu différente – meilleure, plus facile, plus confortable, plus en notre faveur -, nous pourrions éprouver de la joie. Nous brandissons notre joie telle une carotte au bout d’un bâton, en pensant : « Quand j’aurai réglé ce conflit avec mon patron ou ma mère, alors peut-être que j’aurai un moment de joie. Ou encore, quand je sortirai de ma dépression, de mon désespoir, de ma solitude… » Mais le potentiel de joie est toujours présent et la clé pour y accéder est de dire « Oui » à tout ce qui est vrai dans cet instant, que nous aimions ou pas ce qui se passe, que nous nous y attendions ou pas.

« Prenez le cas d’un élément de votre vie dont vous n’êtes pas satisfait – un conflit, un problème de santé, quelque chose que vous auriez préféré ne jamais voir arriver, etc. Sans porter de jugement, notez votre première réaction. Puis essayez de dire « Oui » à cette situation. Notez ce qui se passe en vous quand vous adoptez cette attitude. Ce que vous expérimentez n’est peut-être pas ce que vous vouliez ou ce que vous attendiez, mais dire oui peut vous rendre plus fort et vous donner le courage de gérer ce qui se présente à vous. »

Qu’est-ce qui vous inspire de la joie ou vous empêche d’en éprouver ?

Merci de partager vos pensées, vos anecdotes et vos questions ci-dessous. Vos interactions créent une sagesse vivante dont nous pouvons tous profiter.

 

Elisha Goldstein



Le défi de vos prochaines 24 heures : un mini-moment de pleine conscience toutes les heures
19 février, 2013, 18:22
Classé dans : Non classé

Le défi de vos prochaines 24 heures : un mini-moment de pleine conscience toutes les heures canstockphoto5297598-12-200x300Il y a quelques mois, un vieil ami qui travaille depuis longtemps dans le domaine du développement personnel et professionnel m’a dit une chose vraiment surprenante. Il s’était exercé à devenir présent à chaque minute de la journée. Chaque minute, pendant quelques secondes, il se demandait où il se trouvait, à quoi il pensait et comment il se sentait. Il a très vite progressé et, au bout d’un certain temps, son esprit s’est mis à le ramener automatiquement à l’instant présent. Son exemple peut sembler extrême, mais peut-être pouvons-nous nous en inspirer ?

Et si, à plusieurs occasions de la journée, vous vous offriez un mini-moment de pratique en portant votre esprit sur l’instant présent et en prenant conscience de ce que vous expérimentez ? Qu’est-ce que cela changerait ?

Quand vous prenez votre petit déjeuner, au lieu de penser à votre programme de la journée, pourquoi ne pas ramener votre esprit à l’instant présent et passer quelque temps à goûter réellement ce que vous mangez ?

Quand vous parlez à un ami, pourquoi ne pas éloigner délicatement votre esprit du brillant argument que vous pourriez lui opposer et vous mettre simplement à l’écouter ?

Au milieu d’une importante réunion de travail, à l’occasion d’un mini-moment de pleine conscience, si vous notez que vos épaules sont contractées et que vous êtes inquiet à l’idée de prendre bientôt la parole, pourquoi ne pas choisir de prendre plusieurs inspirations et d’enrouler vos épaules ?

Ces mini-moments ne doivent pas nécessairement avoir lieu toutes les minutes, mais si nous les pratiquions toutes les heures ? Est-ce vraiment trop nous demander ? Si nous prenions vingt secondes environ toutes les heures pour faire le point sur ce que nous expérimentons et ramener notre esprit à la vie qui se déploie dans l’instant même ?

Je vous propose donc de relever Le Défi des 24 heures des mini-moments en pleine conscience.

Bob Stahl



La différence entre relaxation et méditation
18 février, 2013, 10:14
Classé dans : Non classé

Aujourd’hui, la plupart des gens qui se présentent à mon cabinet sont attirés par mon expérience en pleine conscience et en psychothérapie. Qu’ils viennent me voir pour des problèmes de stress, d’anxiété, de dépression, de traumatisme ou d’addiction, je perçois chez eux le désir de se retrouver, de revenir à leur vie, de développer leur intelligence émotionnelle et de reprendre contact avec ce qui compte réellement.

La différence entre relaxation et méditation canstockphoto9620166-1-300x206Mais, inconsciemment (ou peut-être pas tant que ça) ils considèrent aussi la pleine conscience comme une sorte d’exercice de relaxation. Or, bien que cela puisse être un de ses effets secondaires agréables, la pleine conscience n’est pas de la relaxation. Il est donc légitime de se demander qu’est-ce qui distingue ces deux pratiques ? Après tout, le programme de pleine conscience le plus connu s’intitule bien la Réduction du stress basée sur la pleine conscience. Le titre même implique que nous utilisons la pleine conscience pour diminuer le stress. Pourtant, ce n’est qu’un titre intelligent destiné à attirer les gens : le programme de MBSR est bien plus que ça.

Dans Apprendre à méditer, nous répondons à cette question : En quoi la méditation diffère-t-elle de la relaxation ?

« Certes, la méditation peut entraîner des sensations de relaxation mais ce n’est pas toujours le cas. C’est votre intention qui fait la différence. Quand vous voulez vous détendre, vous pouvez entreprendre toutes sortes d’activités : regarder la télé, lire un livre, vous allonger dans un hamac, vous prélasser dans un bain moussant, faire des exercices de respiration… Quand vous pratiquez la méditation de pleine conscience, l’intention se résume simplement à porter une attention sans jugement sur tout objet de votre choix. Ainsi, si vous pratiquez la pleine conscience en mangeant un raisin sec, vous vous mettez à l’écoute de tous vos sens, non pas dans le but de vous détendre, mais de vivre réellement et profondément l’instant présent. En réalité, chercher à se relaxer par la méditation peut être un piège car si vous n’y parvenez pas, votre esprit risque de se mettre à ruminer cet échec. Vous pourrez éprouver de la frustration, de l’anxiété et de la déception et vous retrouver propulsé dans la spirale négative de l’anxiété et de la dépression. »

La pleine conscience n’est donc pas simplement un exercice de relaxation. Comme l’a dit Derek Walcott, elle consiste à « aimer de nouveau l’étranger que tu étais pour toi-même ». Elle consiste à apprendre à être plus présents à notre vie pour être moins emportés par les vagues de réactions conditionnées qui nous desservent – à reprendre contact avec notre capacité à choisir des réponses créatives, à ouvrir notre champ visuel pour voir beaucoup plus que le film que nous passons et repassons depuis toujours. Bien que de nombreux programmes invitent à pratiquer de longues séances de méditation, vous pouvez très bien commencer par une minute ou trente secondes à cet instant même.

Fermez vos yeux et ouvrez-vous à vos sensations physiques et émotionnelles. Arrêtez-vous dans le simple but de prendre conscience de votre expérience et de permettre à tout ce qui est ici d’être tel qu’il est. Comme le dit si bien Jon Kabat-Zinn : « Tout est là ! »

Profitez de cet instant pour vous délecter de votre vie. Comme toujours, merci de partager vos pensées, vos anecdotes et vos questions ci-dessous. Vos interactions créent une sagesse vivante dont nous pouvons tous profiter.



Certaines personnes attendent toute leur vie avant de prendre conscience des graines qu’elles ont semées
13 février, 2013, 13:00
Classé dans : Non classé

Certaines personnes attendent toute leur vie avant de prendre conscience des graines qu'elles ont semées canstockphoto12946312-300x199

Selon un proverbe : « Toutes les fleurs de tous les lendemains sont dans les graines d’aujourd’hui ».

Rendez-vous service, lisez et relisez cette citation et laissez votre esprit la voir comme si c’était la toute première fois.

Notre esprit, qui est très intelligent, décide instantanément de l’importance des choses et des mesures à prendre si nécessaire. Lorsqu’il voit et revoit la même chose, celle-ci devient banale et nous y jetons un coup d’œil sans vraiment faire attention.

Et nous nous disons : « Ouais, je sais ça, c’est un bon conseil, je connais ça par coeur », et la journée se poursuit sans que nous n’agissions réellement.

Demandez-vous : « À quand remonte la dernière fois que j’ai délibérément prêté attention aux graines que je sème jour après jour ou moment après moment ? »

Semez-vous des graines de pensées négatives, d’auto-jugement, de pensées catastrophiques ou d’isolement ? Ou semez-vous des graines de gratitude, de rire, de don et de compassion ? L’objectif n’est pas de voir la vie en rose. C’est juste un moyen très pratique d’influencer le fonctionnement de notre esprit.

En fait, on obtient ce qu’on pratique. Donc, que pratiquez-vous chez vous, au travail, avec vos amis et même en vacances ? Cet inventaire mérite d’être fait.

Certaines personnes attendent toute leur vie pour prendre conscience des graines qu’elles ont semées. Vous pouvez le faire dès maintenant. Prenez quelques instants pour y réfléchir.

Partagez vos pensées, vos anecdotes et vos questions ci-dessous. Vos interactions créent une sagesse vivante dont vous pouvons tous profiter.

 

Elisha Goldstein



Tout le monde peut apprendre à méditer
7 février, 2013, 17:53
Classé dans : Non classé
Image de prévisualisation YouTube

Apprendre à méditer
La méthode MBSR à la portée de tous
Elisha Goldstein, Bob StahlPréface de Jon Kabat-ZinnEn librairie depuis le 14 février 2013

Aujourd’hui, dans un monde obsédé par l’urgence, nous avons, plus que jamais, besoin de calme, de continuité, de profondeur. La méditation laïque est un outil simple et efficace pour apprivoiser le stress. Tout le monde peut apprendre à méditer.
Ce manuel pratique comporte :
– Un CD MP3 de 8 heures, 21 méditations guidées
– des exercices de pleine conscience,
– des questionnaires d’auto-évaluation
– des tableaux pour noter les progrès accomplis
– des témoignages
– des « questions-réponses »

Vidéo : Vanessa Mercier
Voix : Catherine Meyer

Merci à l’équipe de la librairie le 27, rue Jacob.

www.27ruejacob.fr / www.arenes.fr


La PARAPHARMACIE |
Depression |
Améliore La Libido Chez La ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Montpe2013
| BIOCOOP CALLUNE
| 29 ANS, ENDOMETRIOSE ALCOCK...